Retour au site >
Une agence incontournable dans la région chartraine.
Implantée à Chartres depuis plus de 30 ans, l'agence immobilière A2I dispose d’une connaissance qualifiée du marché immobi- lier, neuf et ancien, de la région chartraine.

Conseils

La vente d’un bien immobilier ne s’improvise pas.

Il est fortement conseillé de faire appel à une agence immobilière :

  • Les agents immobiliers connaissent bien les prix du marché et conseillent les vendeurs au mieux de leurs intérêts
  • Un « bon prix » permet de vendre dans des délais raisonnables
  • Une agence se charge de tout : elle prépare le descriptif, passe des annonces dans la presse et sur Internet ; elle gère les visites, joue son rôle d’intermédiaire dans les négociations établit la promesse de vente et la suit pour qu’elle se transforme en acte notarié définitif.

Choisissez une agence à proximité.

  • Les agences connaissent bien leur quartier et ont bien souvent des listes d’acquéreurs potentiels
  • Leur connaissance du marché local leur permet d’évaluer avec précision votre bien

Préparez les documents suivants.

  • Le métrage loi Carrez : qui mentionne la superficie des lots de copropriété
  • Le diagnostique amiante, pour les logements dont le permis de construire est an antérieur au 1er Juillet 1997.
  • La recherche de plomb pour les biens construits avant le 1er janvier 1949
  • L’état parasitaire, si le bien est en zone contaminée par les termites (se renseigner en mairie)
  • L’état des risques naturels et technologiques
  • Le diagnostique énergétique, et, le cas échéant, un état de l’installation intérieure au gaz naturel.
  • Les derniers avis de taxe foncière et de taxe d’habitation

Pensez aux plus-values immobilières.

  • La vente d’un bien immobilier peut entrainer la réalisation de plus-values (gain entre le prix d’acquisition et le prix de cession). Ce profit peut être imposé.
  • Le notaire qui suit la vente est chargé d’établir la plus-value et d’acquitter l’impôt auprès de l’administration fiscale (pensez à lui fournir les factures de construction, reconstruction, agrandissement, ou amélioration qui pourraient être prises en compte)

L’achat d’un bien immobilier est un engagement à long terme qui doit être mûrement réfléchi. Quelques conseils pour éviter les déconvenues

Définissez votre besoin.

  • Selon des critères objectifs : Emplacement, surface, nombre et distribution des pièces, exposition…
  • En fonction de vos envies : si vous recherchez le charme, orientez vous vers l’ancien, si vous préférez les grandes terrasses orientées plein sud, les logements neufs sont mieux adaptés.

Calculez votre budget.

  • En tenant compte du ou des salaires du ménage et des autres sources de revenus (foncier…)
  • En tenant compte de vos charges (autres emprunts, impôts, pensions…)

Etablissez un plan de financement en fonction :

  • du coût de l’acquisition : Pensez aux frais annexes (négociation, notaire, copropriété, emprunt, déménagement, travaux éventuels, impôts locaux, frais de fonctionnement
  • de votre apport personnel : L’apport personnel conseillé est de 20% du financement total du logement et de 10% dans certains cas (PC – prêts conventionnés – ou PAS – Prêt d’Accession sociale -)
  • de votre taux d’effort : veillez à ce que l’ensemble de vos crédits ne dépassent pas un tiers de vos revenus mensuels.

Recherchez un partenaire bancaire.

  • Les banques ne pratiquent pas toutes les mêmes taux d’intérêt. N’hésitez pas à contacter plusieurs agences bancaires pour faire jouer la concurrence.
  • Pensez à vous renseigner sur l’assurance associée au prêt (les produits proposés par les assureurs sont parfois plus intéressant que ceux des banquiers).

Avant de vous engager, vérifiez un certain nombre de documents :

  • Le métrage loi Carrez : qui mentionne la superficie des lots de copropriété,
  • Le diagnostique amiante, pour les logements dont le permis de construire est an antérieur au 1er Juillet 1997.
  • La recherche de plomb pour les biens construits avant le 1er janvier 1949
  • L’état parasitaire, si le bien est en zone contaminée par les termites (se renseigner en mairie)
  • L’état des risques naturels et technologiques
  • Un diagnostique énergétique, et, le cas échéant, un état de l’installation intérieure au gaz naturel.
  • Les derniers avis de taxe foncière et de taxe d’habitation